Conques-Cahors

Première expérience

Publié le 23 mai 2022 :: Temps de lecture : 02:40 mn

Conques-Cahors

     En 2020, nous sortions d'un long confinement et nous venions de perdre notre maman, alors nous est venue l'idée de faire un bout de chemin ensemble, ma soeur et moi. Nous décidons de partir de Conques et c'est un bon choix, avec sa bénédiction des pèlerins.

     Première grimpette, jusqu'à la chapelle Ste Foy, on est de suite dans l'ambiance. Arrêt à la fontaine qui guérit les yeux mais grosse déception (Ah-ah !), ça n'a pas marché, je porte toujours des lunettes ! Dommage !

     Nous en avons fait de belles rencontres durant ces six jours de marche : comme ce jour où il faisait une chaleur atroce, avec beaucoup de route, au soleil, nous avançons "d'arbre en arbre" pour quelques secondes de fraîcheur, jusqu'à un endroit sympa, à l'ombre, près d'un étang, avec un rideau de coquilles. Un randonneur arrive, nous explique que sa femme le suit en camping-car et quand elle arrive, nous propose un café ! Au diable le Covid, on ne va quand même pas passer les tasses au gel hydroalcoolique !

     Dur de repartir, ma sœur supporte mal la chaleur, ou est-ce le sandwich au fromage du midi qui ne passe pas ? J'ai peur qu'elle fasse un malaise, nous faisons des pauses chaque fois que c'est possible à l'ombre, elle fait même un petit roupillon ! Nous apprendrons le soir qu'il a fait 37° !

     Je fais la dernière étape seule (non non ma sœur va bien merci !) et je ne suis pas peu fière en apercevant Cahors en contre-bas, je fais une photo et j'envoie à toutes mes copines : "Cahors me voilà !" En bas m'attendent mon mari et l'hôtel avec piscine dont j'ai tant rêvé !

     Les astuces pour se rafraîchir : entrer dans les églises et chapelles, ou sinon, se mettre un foulard mouillé sur la tête ! Évidemment, à 37°, il faut le mouiller souvent !

     Et les petits plaisirs du chemin :

- Des fruits au bord de la route avec un panneau "Servez-vous"

- Les accueils pellerins avec boissons chaudes et froides, robinet pour remplir les gourdes, toilettes. Parce que dans certains endroits, c'est bien les toilettes sèches mais il faut mieux se boucher le nez !

- Les pèlerins ou randonneurs, rencontrés un soir et qu'on retrouve quelques jours plus tard

- La chapelle de Guirande où un pèlerin entonne un Avé Maria avec une voix qui donne le frisson

    Mais aussi des aléas :

- Les randonneurs bavards qui vous saoulent de leurs exploits et vous assurent qu'ils ont trouvé le gîte de rêve que personne ne connaît !

- Quand vous arrivez au gîte et qu'on vous annonce que votre chambre est au 2ème étage : " les premiers qui réservent sont au rez de chaussée"

- Les passages sous l'autoroute, qu'on entend longtemps avant et longtemps après

- Les sangles du sac à dos qui sont trop courtes... ou trop longues, ou pas assez longues... et on ne sait plus trop, quand on a mal aux épaules

Pourtant, ça nous a tellement plu qu'on est reparties en 2021, et cette fois du Puy en Velay

 

 

 

Auteur :

🇫🇷
membre bloggeur

Isa66 (56 ans)

Vous devez-être connecté, pour pouvoir poster un commentaire