Le printemps est souvent marqué par une pluviométrie particulièrement abondante avec parfois des pluies diluviennes qui s'abattent sur le dos des pèlerins qui ont choisi de partir à cette période.
La terre gorgée d’eau ne peut plus absorber le trop plein et les chemins sont parfois transformés en véritables petits torrents. Corolaire inévitable, les chaussures se métamorphosent vite en de véritables éponges.

Avoir des chaussures de marche imbibées, au delà du fait que ce n’est déjà pas très agréable, peut être source de de petits bobos. En effet, le pied macère, la corne se ramollie et les ampoules peuvent apparaitre. Et si même quelques pèlerins s'amusent à vous dire que "Qui marche vers la lumière, attrape des ampoules", si vous êtes en route ves Saint Jacques de Compostelle, il vaut mieux tout faire pour protéger vos pieds. 

Il y a une bonne astuce simple à mettre en œuvre qui peut limiter les dégâts. N’espérez pas tout de même, retrouver vos chaussures sèches comme au premier jour…

Pour cette astuces, vous allez utiliser du papier journal.  Parfois, les hébergements mettent à disposition un stock de vieux journaux, mais lorsque les jours pluvieux s’enchainent, parfois, ils n’arrivent plus à fournir.

La première chose à faire, c’est donc d’acheter le journal du jour. Outre le fait que vous pourrez lire les dernières nouvelles (mais vous n’êtes pas obligé si vous souhaitez vraiment déconnecter), vous êtes sûr d’avoir matière à assécher un peu vos chaussures et faire profiter les autres pèlerins, de votre expérience et de votre journal.
Dès que vous arrivez, si vous avez la possibilité de profiter d’une éclaircie, exposez vos chaussures boueuses au soleil. Ensuite bourrez les avec le journal, ce qui va jouer l’effet de papier buvard et absorber un maximum d’humidité.
Si vos chaussures sont vraiment trempées, n’hésitez pas à renouveler l’opération un peu plus tard dans la soirée ou juste avant d’aller vous coucher.