Les punaises de lits sur le chemin de Compostelle

la hantise du pèlerin

Temps de lecture : 09:20 mn

Les punaises de lits sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle

Pour la petite histoire, les punaises de lits ont fait leur apparition sur le chemin de Compostelle aux alentours des années 2007/2008. Le phénomène était encore mal connu et relativement tabou. Personne ne voulait en parler de peur de faire fuir les pèlerins en partance pour St-Jacques. La punaise n'étant pas un vecteur de transmission de maladies, aux yeux des autorités ce n'était pas alors un problème de santé publique.
Nous étions seulement quelques-uns alors, à militer pour une information large, destinée à la fois aux professionnels mais aussi au grand public. C'est Jean Brin (hébergeur aux volets bleus à Decazeville) qui a pris le problème à bras le corps et lancé "Clako punaises", un répulsif à base d'huiles essentielles.

Si les punaises de lit avaient disparu après guerre en France, la recrudescence de ces insectes sur le territoire national est une réalité. A coup de DDT et après guerre, on avait réussi à exterminer l'hôte indésirable, mais la toxicité des produits était telle qu'ils ont été interdits. Avec la multiplication des voyages au niveau mondial, le brassage des populations... la petite bête a fait un retour discret avant d'envahir les quatre coins du monde.

Les punaises de lits sont un fléau qui touche les hébergements touristiques situés sur le chemin de St-Jacques-de-Compostelle. Elles sont également très répandues dans les hôtels New-yorkais ou Parisiens et la recrudescence de cette bête indésirable est un véritable problème.
On la retrouve un peu partout, sur les chemins de randonnées, mais aussi dans des hôtels de toutes les gammes (même les hôtels de luxe ne sont pas épargnés). Sur le chemin de St-Jacques-de-Compostelle ce sont les pèlerins/randonneurs qui en sont malgré eux, le principal vecteur de propagation.

En guise d'avertissement :

Si la prolifération des punaises de lits sur le chemin de St-Jacques a été une réalité, depuis les années 2009/2010 il y a eu une véritable prise de conscience de la part des institutionnels mais aussi des professionnels. Si personne ne peut garantir à 100 % son éradication, il ne faut pas pour autant tomber dans la psychose.
Le risque zéro n'existe pas. Cet article n'a pas pour but de vous effrayer ou vous faire renoncer à votre pèlerinage, mais se veut plutôt comme source d'information la plus complète possible. Nous considérons que plus les gens seront informés, plus le risque diminuera.

Un peu d'entomologie :

Pour mieux la comprendre la biologie de cette bête indésirable, quoi de mieux qu'une petite approche scientifique :

La punaise de lit (Cimex lectularius en latin) est un insecte qui a besoin de sang pour se nourrir, grandir et se reproduire, on dit alors que c'est un insecte hématophage. Adultes, les punaises mesurent de 4 à 8 mm environ, soit l'équivalent d'un pépin de pomme. Elles se nourrissent principalement de sang humain. Elles ont la faculté d'être particulièrement résistantes, puisqu'elles jeûner plusieurs mois, si l'environnement est favorable, cela peut aller jusqu'à 2 ans.
Le cycle de développement de l'animal se décompose en 5 phases. De l'œuf à la nymphe jusqu à la taille adulte, la punaise aura besoin d'un repas complet pour passer au stade suivant. A température idéale et si la punaise peut faire ripaille, le cycle complet dure environ 5 semaines. Au départ, l'œuf, blanc opaque est difficile à détecter ou à repérer, pour qui n'a pas l'habitude. Il mesure environ un millimètre de long pour 0,5 mm de large.
A l'éclosion la nymphe est translucide et mesure environ 1 mm. Au fil des différents stades, sa couleur va s'assombrir pour devenir marron. A la dernière mue, des ailes rudimentaires apparaissent mais ne permettent pas à l’insecte de voler. La punaise est alors adulte et pour peu qu'on la nourrisse correctement, elle pourra pondre environ 3 œufs par jours.

La punaise mâle, un animal lubrique :

"Nulle perversion n’égalerait celle des punaises de lit"...c'est vous dire. L'écrivain Bernard Werber, dans son ouvrage "l'encyclopédie du savoir relatif et absolu" décrit avec force et détail ce qui fait l'origine de cette réputation :

  • Les punaises mâles ont leur pénis constamment en érection, même quand ils ne sont pas sexuellement stimulés. Ils souffrent de priapisme et passe la plupart de leur temps à copuler, pouvant avoir jusqu'à 200 rapports par jour.
  • Les punaises ne sont pas difficiles et "attrapent" tout ce qui bouge, sans distinction aucune de sexe ni même d'espèce. Seuls 30% de leurs rapports ont lieu avec une femelle punaise, 20% sont homosexuels et les derniers 50% touchent tout individu qui passe à leur portée.
  •  Les mâles sont équipés d'un sexe long et à corne pointue. C'est un pénis perforateur qui leur permet d'injecter leur semence n'importe où dans le corps de la femelle. Autre fait étonnant, ils envoient à chaque éjaculation une très très importante quantité de sperme : 30 litres si on rapporte ça à la taille humaine.

C'est entre-autre pour toutes ces raisons, que les punaises de lits sont un véritable fléau.

Un peu de math pour cerner le problème :

Imaginons qu'une punaise de lit adulte débarque chez vous par un beau soir de printemps. Ni une, ni deux comme la table et le couchage sont bons, elle va se mettre à pondre dans un coin abrité de la lumière.
Sachant qu'une punaise pond entre 2 à 3 œufs par jour, en retenant l'hypothèse basse, vous aller vous retrouver avec potentiellement 70 punaises (à différents stades) en seulement quelques semaines. Au 36eme jour, la mère va continuer à pondre (on estime entre 300 et 500 œufs pendant sa vie entière) mais ses premiers rejetons aussi.
AU 37 eme jour, on pourrait donc avoir une production de 6 œufs par jour... je vous laisse continuer les projections. On voit très rapidement que cette prolifération peut être problématique puisque exponentielle... tout du moins tant qu'il y a suffisamment à manger et qu'il ne fait pas trop froid.

Pourquoi en trouve t-on dans les gîtes, les hôtels ?

Un point important à souligner : le problème des punaises n'a aucun lien avec l'hygiène d'un établissement. On peut trouver des punaises de lit dans des hôtels de grand luxe, ou dans la petite auberge de province. 

La présence de punaises de lit dans les gites, hôtels, chambres d'hôtes est liée au turn-over important des occupants. Comme dans tout type d'hébergement collectif qui accueille un nombre important de personnes, les chambres sont constamment à même de recevoir de nouveaux résidents les transportant à leur insu. Ces insectes hématophages, sont encore trop mal connus du grand public.
Il suffit qu'une punaise de lit prête à pondre se soit invitée dans les vêtements ou plus probablement dans les bagages d'un voyageur, à un moment elle ira se réfugier dans un recoin de la chambre, à l'abri de la lumière. Les punaises de lit sont des insectes nocturnes. Elles sont surtout actives la nuit et fuient la lumière.

Si aucun moyen de prévention n'est mis en place dans la structure, l'insecte pourra alors s'installer tranquillement et se développer rapidement.

La méconnaissance, la gêne engendrée par le problème sont des facteurs profitant à cette espèce invasive. De plus tous les individus ne réagissent pas de la même manière aux piqûres, certains peuvent y être totalement insensibles, ce qui ne facilite pas toujours la détection...

Comment savoir si on a été piqué par une punaise ?

Les punaises de lit se nourrissent la nuit de sang humain. Elles peuvent piquer jusqu'à près d'une centaine de fois en une seule nuit. Elles sont attirées par le gaz carbonique que nous rejetons en dormant et le pic de leur activité se situe entre 1 heure et 4 heures du matin. Elles fuient la lumière, il y a donc peu de risques que vous les aperceviez en journée (à moins d'une infestation massive). Il n'est donc pas la peine d'alerter tout le monde, si vous voyez quelques bêtes noires dans votre chambre (Il y a près de 35 000 insectes différents en France, il n'est donc pas impossible que ce soit l'un d'eux).

Les piqûres de punaises sont très urticantes, surtout le matin au réveil. Elles se présentent sous la forme de tâches rouges en relief (5mm à 2cm) et on la particularité d'être regroupées ou alignées. On les retrouve indifféremment sur toutes les parties corps découvertes pendant la nuit.

Généralement les démangeaisons disparaissent d'elles-mêmes, au bout de quelques heures. Plus exceptionnellement, elles peuvent déclencher une réaction allergique qui pourra nécessiter la visite auprès d'un médecin.

La piqûre de la punaise est assez caractéristique

Comment s'en prémunir ?

Il n'existe à l'heure actuelle aucune solution 100% efficace pour se prémunir des piqûres de punaises de lit. Vous pourrez trouver différentes sortes de répulsifs, ceux à base de molécules chimiques et ceux à base d'agents naturels comme les huiles essentielles. Dans les deux cas, leur efficacité repose sur une application régulière et fréquente sur vos effets personnels mais aussi sur les lits où vous allez dormir. Vous pouvez également en asperger l'intérieur et l'extérieur de votre sac à dos afin de créer une barrière et éviter que cet hôte indésirable ne vienne nicher dedans.

Comment faire face à cette problématique ?

" Mieux vaut prévenir que guérir" Lorsque l'on n'est pas touché par ce fléau. En effet il sera plus efficace et moins coûteux de mettre en place des dispositifs préventifs que d'enrayer une invasion pouvant devenir rapidement problématique. Ne croyez pas que le problème ne touche que les professionnels du tourisme. Dans la presse locale ou régionale, il n'est pas rare de trouver des témoignages de personnes touchées par le problème.

Pour les pèlerins/randonneurs il existe un risque minime que vous rameniez chez vous une ou des punaises de lits. En rentrant chez vous, vous pouvez prendre quelques précautions, à la fois simple efficaces. Il existe deux moyens fiables à 100 % pour éradiquer l'affreux animal : la chaleur et le froid. Si elles résistent aux produits insecticides courants, les punaises de lit redoutent les températures extrêmes. 

En dessous de 16°, la punaise entre dans une forme d'hibernation. Elle ne cherche ni à se nourrir ni à se reproduire. Mais il faut descendre dans des températures plus basses pour faire trépasser la bête.
A l'inverse, la température létale se situe aux alentours de 48° pendant une durée d'une vingtaine de minutes. Sachez toutes fois, que les œufs sont plus résistants du fait de leur enveloppe naturelle.

Aussi, de retour dans votre maison et à titre préventif, vous pouvez passer au lave-linge à 60° tout ce qui peut l'être. Pour le reste, vous pouvez utiliser votre congélateur personnel, mais pour être totalement efficace, il vous faudra y laisser vos effets pendant une petite semaine.

Un problème que nous pouvons tous régler ensemble :

C'est la conjonction de plusieurs actions qui permet une lutte efficace contre ce fléau. Cela ne doit pas gâcher le plaisir de randonner sur nos beaux chemins en s'arrêtant le soir dans des hébergements confortables et sains. L'action de prévention qui est menée depuis les années 2010 (essentiellement sur la voie du puy en Velay), a permis de constater sur ce secteur le recul des punaises grâce à une prise de conscience à la fois des hébergeurs et des marcheurs.

En effet c'est ENSEMBLE que nous agissons vraiment, faisons donc chacun notre part.

Autres articles en rapport :

Vous devez-être connecté, pour pouvoir poster un commentaire