Nichée dans son écrin de verdure, l'abbatiale de Conques-en-Rouergue est considérée comme un joyaux de l'art roman. Ce petit village de moins de 300 habitants est considéré comme une étape incontournable sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.
Conques, c'est aussi un des plus beaux village de France en Aveyron qui a conservé toute son authencité avec ses vieilles maisons à colombage et leur toit en lauze si typique. C'est ce qui donne tout le charme à ce petit village de moins de 300 habitants.
Il fait bon flâner au gré de ses ruelles pavées, les lieux respirent le calme et la sérénité. Il ne faut pas surtout pas hésiter à se perdre dans les petites venelles, parfois escarpées et se laisser porter par la curiosité.  Les plus courageux pourront descendre la rue Charlemagne pour rejoindre le joli pont romain qui enjambe la rivière du Dourdou. En remontant, faites un petit détour par la petite chapelle Saint Roch ou vous pourrez profiter d'un superbe panorama sur le village.

Si ce village dégage une atmosphère extraordinaire, c'est que depuis le moyen-âge, il a vu passer des centaines de milliers de pèlerins qui ont marqué les lieux de leur empreinte pour honorer les reliques de sainte Foy.

Lorsque l'on arrive par le GR 65, l' abbatiale de Sainte Foy de Conques s'impose par sa masse et constitue le principal centre d'intérêt du village. Construite à partir de 1041, elle a été une abbaye bénédictine jusqu'en 1537. Depuis l'abbatiale est confié aux frères de l'ordre de Prémontré et rattachée l’abbaye de Mondaye en Normandie. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France depuis 1998.

Depuis 1994, les vitraux de Pierre Soulages (un enfant du pays), diffusent une lumière très particulière et attirent des visiteurs du monde entier. Mais ce qui facsine aussi le regard des pèlerins curieux, c'est le tympan exceptionnel  qui orne la face de l'édifice.
Le tympan aurait été commandé dans ses grandes lignes par les moines de l’abbaye et réalisé presque en totalité par un seul sculpteur qui aurait travaillé auparavant à Saint-Jacques de Compostelle (portail des orfèvres).  Ce tympan du XIIe siècle est considéré comme "l'une des œuvres fondamentales de la sculpture romane par ses dimensions exceptionelles(6,73 m de large et 3,63 m de hauteur) mais aussi par ses qualités artistiques et son originalité ".
Il représente l'histoire du Salut et le Jugement dernier, d'après l'Évangile selon Matthieu.
Depuis un peu plus de 2 ans, un mapping vidéo, permet à la nuit tombée, de lire à travers un petit scénario et sa mise en couleurs, ce que raconte le tympan. On y redécouvre, sous un regard différent, les 29 tableaux et 124 personnages taillés dans la pierre, avec leurs polychromies originelles.

Mais, avec les aléas du temps qui passe, la maconnerie et la protection en plomb qui surplombent le tympan, nécessitaient une intervention pour le protéger des intempéries. C'est chose faite depuis peu. A cette occasion, l'échaffaudage qui a permis de réaliser les travaux ont permis d'accéder au plus près de ce bijou.

A la veille d'une nouvelle année jacquaire, quel joli cadeau de découvrir d'aussi près ces fabuleuses sculptures. Je ne vais pas vous faire une présentation détaillée du tympan, frère Jean Daniel le fait bien mieux, tous les soirs, aux alentours de 21h sur le parvis de l'église. Mais je vous invite à une petit découverte inédite.

Je présume tels les curieux qui obervent discrètement la scène du jugement, vous avez hâte de découvrir le détail de ces sculptures représentant des personnages et des scènes qui ornent le portail de l'abbatiale.

Curieux sur le tympan de l'abbatiale de Conques



Jésus-Christ tympan de Conques

Pour rappel, le tympan de Conques est situé sur la facade principale de l'édifice. Il met en scène l'instant précédant ce jugement : celui-ci est annoncé, il est imminent mais il n'est pas encore prononcé. Encore aujourd'hui, il est considéré comme une oeuvre majeure de l'art roman

Au tour du christ, deux mondes s'oppose, à sa droite, le paradis ou la couleur bleu était dominante et à sa gauche l'enfer ou l'on trouve encore des traces de polychromie rouge. Au dessus, dans le ciel, les anges sonnent la trompette et portent la croix du Christ.

Anges portant la croix du Christ



Le cortège des élus, avec en tête, Marie, les mains jointes, vêtue de bleu, puis l'apôtre Pierre, en chasuble, avec le bâton pastoral et les clés du royaume. Tous deux ont l'auréole de sainteté. En troisième position, Dadon, fondateur du premier oratoire de Conques.

Les élus


Sainte Foy s'agenouillant devant la main de Dieu qui se tend vers elle, montre qu'elle sera exaucée.

Sainte-Foy s'agenouillant devant la main du Christ


Abraham et ses deux enfants


Autour du démon, on n'est plus dans le même registre. L'Enfer est autrement plus animé et il a inspiré l'imagination des sculpteurs. Si vous observez bien les photos, vous pourrez constater, qu'ici c'est la couleur rouge (symbole de l'enfer) qui domine. 


Le tympan représente les péchés collectifs et les péchés individuels (les 7 péchés capitaux).

Un diable en train d'arracher la langue

La pesée des âmes est aussi une scène importante du portail, qui oppose Saint Michel au diable, ce dernier essayant de tricher en appuyant du doigt sur la balance.

La pesée des âmes


Il nous est impossible de mettre les photos de tous les personnages, de toutes les scènes tant cette oeuvre du xiie siècle est riche. Il a bien fallut faire une sélection de quelques images, sélection forcément subjective, mais l'objectif était de partager avec vous ces photos qui mettent vraiment en valeur les détails de ces sculptures.  

On a pour habitude d'apprécier le tympan en étant en face, cette superbe image donne une dimension toute différente de la vierge Marie et du Christ Jésus.

La vierge Marie et le Christ


Nous tenions tout particulièrement à remercier la communauté des frères des prémontrés qui ont gentiment accepté que l'on publie ces photos. Un grand merci à eux, c'est un joli cadeau qu'ils nous fait là.

Crédit photos : Abbaye Sainte-Foy de Conques